2010's·Amitié·Drames·Famille·Italie·LIVRES

L’amie prodigieuse (T1) de Elena Ferrante

1848026-gf

ITALIE – 2011

(disponible en poche)
430 pages

Résumé

Dans l’Italie des années 50 nous suivons l’histoire de deux petites filles issu du même quartier de Naples. Deux petites filles que presque tout oppose, une blonde et une brune, une que l’on dit gentille et l’autre méchante et pourtant elles deviendront meilleures amies.

 

Mon avis
Pourquoi un livre comme celui-ci nous transporte autant ? Pourquoi nous nous retrouvons pris de passion pour ces deux petites vies ?
D’habitude peu friande de ces livres qui n’ont l’air de trop rien raconter si ce n’est que les aventures de quelques gens sans porter de recul sur quelque chose de plus grand, de ces livres qui sont tellement populaires qu’on se demande si ce n’est pas juste une histoire popcorn. Et bien L’amie prodigieuse n’est rien de tout cela. Je me suis moi aussi prise de passion pour ces deux petites filles.
Il y a sans doute un côté malsain à tout cela. Leur amitié si particulière est par moment tellement venimeuse, qu’on se demande comment tout cela peut se terminer. Mais nous avons une idée de la fin de leur histoire puisque c’est comme cela que commence la saga. Le moteur du livre est justement le fait que nous savons que Lila va disparaître et effacer toute trace de sa présence sur terre. Notre envie de connaître leur histoire et donc portée par sa disparition. Malsain je vous ai dit. On se dit qu’à un moment de sa vie, il a du se passer des choses tellement horrible qu’elle a voulu disparaître sans laisser aucune trace de sa vie (elle va même jusqu’à découper son visage sur les photos de famille).
Pendant toute la lecture de ce premier tome nous sommes donc à l’affut du moindre signe de la déchéance annoncée, le rythme est rapide grâce à des chapitres très courts, le style incisif. L’aptitude qu’à Elena Ferrante de raconter une vie est époustouflante. Nous savons tout de l’histoire de ce quartier, jour après années. Et après l’histoire de ces vies, c’est même l’histoire d’un pays que nous pouvons entrapercevoir.
On se prend donc de passion pour ces petites filles pour la simple et bonne raison qu’on a oublié ce que c’était d’avoir cet âge là. Nous avons oublié que déjà à cet âge là on souffre, on fait souffrir, on a des envies, des amours, des attentes, des passions et de l’ambition.
Ferrante nous rappelle tout ça avec brio et j’ai plus que hâte de me plonger dans la suite des histoires d’Elena et Lila.

Note
8,5/10

Publicités
Drames·Famille·LIVRES

LA VIE RÊVÉE DES PLANTES de Lee Seung-U

001315849

La vie rêvée des plantes est un drame familial qui se déroule en Corée du Sud, on y découvre une famille qui communique peu entre eux et donc se cache énormément de chose.

Le style d’écriture est extrêmement classique, un peu pauvre même. Est-ce parce que c’est une traduction et du coup nous n’avons pas accès toute l’étendu du champ lexical de l’auteur ? Pour autant la traduction du livre de Harper Lee ne m’avait pas plus gênée que ça.. Toujours est-il que je n’ai pas été touchée par cette histoire et que j’ai décroché à la fin quand l’explication de leur histoire est obligée de passer par des métaphores et par une explication sur-réaliste pour expliquer ce qu’ils ressentent et enfin s’ouvrir aux autres membres de leur famille.

C’est vraiment dommage parce que j’avais quand même aimé la première partie du livre, on a envie de savoir tout ce que cette famille cache mais la fin m’a laissé en arrière goût amer… Ce n’est pas un livre que je recommanderait.

2,5/5